Dès le 15 janvier Jean-Louis Borloo, Président de l’UDI, déclarait que « l’action de l’armée française était indispensable », qu’ « il n’y avait pas d’autre solution que d’intervenir, faute de quoi aujourd’hui, probablement que Bamako serait occupée par une bande de narcotrafiquants et de [...]