Dès le 15 janvier Jean-Louis Borloo, Président de l’UDI, déclarait que « l’action de l’armée française était indispensable », qu’ « il n’y avait pas d’autre solution que d’intervenir, faute de quoi aujourd’hui, probablement que Bamako serait occupée par une bande de narcotrafiquants et de djihadistes ».

Mais déjà s’alarmait-il du manque de coordination européenne, et du numéro de soliste exercé par la France sur le théâtre malien, dans une crise en réalité régionale. Ainsi fallait-il selon lui « aller très, très vite» pour« un sommet européen au niveau des chefs d’Etat et une réunion de l’Otan ».

L’UDI participe donc à l’Union Nationale derrière les forces armées françaises, engagées sur le terrain, tout regrettant le manque de soutien sur le terrain des pays membres de l’UE et en s’interrogeant sur la stratégie diplomatique de l’Elysée.

En bref :

  • L’UDI soutient l’intervention face à une menace indéniable
  • Elle se félicite de l’efficacité de l’armée française
  • Elle regrette l’absence de concertation de la France avec ses partenaires européens
  • Elle souhaite une mobilisation européenne
  • Elle appelle de ses vœux un projet de coopération économique entre l’Europe et l’Afrique

Source : Idées clés de l’UDI